Notre paroisse

« VOICI QU’ON VOUS ANNONCE UNE BONNE NOUVELLE »

 

Un contexte qui demande des adaptations.

  La société québécoise a beaucoup évolué depuis les soixante dernières années. Elle s’est enrichie grâce à son ouverture sur le monde, à l’apport de nouvelles souches de population, grâce aussi à sa créativité et à sa capacité d’inventer son avenir. La prise en charge politique, économique, sociale et éducationnelle a marqué le Québec d’une capacité de communiquer avec les autres et d’entrer en contact avec toutes les influences du monde.

 Nos paroisses ne vivent pas hors de ce contexte ni sans ressentir les influences de la société moderne. En prenant conscience de leur mission dans le contexte du 21e siècle, nos communautés chrétiennes locales veulent ensemble faire présence dans ce monde et définir une vision de leur responsabilité pour répondre aux besoins nouveaux des chrétiens et des chrétiennes et par mission, aux besoins du monde.
Le vieillissement de la population et du personnel, la rareté des prêtres, la nécessité de rationaliser les organisations et de revoir les fonctionnements, l’émergence de nouveaux enjeux, atteignent comme facteurs de changement les institutions catholiques comme les autres institutions de notre société.

 Nous agissons comme nous y invite le pape François dans son exhortation apostolique La joie de l’évangile : «J’invite chacun à être audacieux et créatif dans ce devoir de repenser les objectifs, les structures, le style et les méthodes évangélisatrices de leurs propres communautés.» (#33).

 Une nouvelle paroisse.

 Depuis le 1er janvier 2015, une nouvelle paroisse chrétienne catholique voit le jour au nord de Charlesbourg, elle porte le nom de Paroisse Bon-Pasteur.
Elle résulte du rassemblement des paroisses de Bienheureux-Jean-XXlll et de la paroisse Sainte-Marie-des-Lacs. Elle réunit conséquemment six lieux de culte : les églises Saint-Pierre-aux-Liens, Notre-Dame-des-Laurentides, Lac-Saint-Charles, Lac-Beauport, Stoneham et Tewkesbury.
Son territoire est étendu et la population de la nouvelle paroisse est estimée à 51 426 personnes selon l’annuaire diocésain de 2015.

 Un nouveau nom dans la continuité historique.

 Le nom de la nouvelle paroisse, choisi par les paroissiens et les paroissiennes, évoque la présence historique et agissante de la communauté religieuse des Sœurs du Bon-Pasteur sur le territoire. L’apport religieux, éducatif et social de ces femmes remarquables fut mémorable et a influencé la vie de nombreuses personnes. Cette dénomination traduit également les qualités du Christ auxquelles nous adhérons, soit la présence et la bienveillance au monde d’aujourd’hui, la compassion envers les pauvres et les personnes en besoin. Un bon pasteur ne veille-t-il pas constamment sur son troupeau ou son monde ?

 De nouvelles équipes unifiées.

 Un nouveau curé a été désigné, M. Patrice Breton. L’équipe pastorale qu’il dirige se déploie dans la continuité. L’assemblée de fabrique formée du curé, d’un président d’assemblée mandaté par l’évêque et de cinq marguilliers et d’une marguillière élus, a été établie dès le début de l’année. Un Conseil d’orientation pastorale réunit les membres de l'équipe pastorale avec des représentantes et des représentants des six communautés locales.

 Historique récent du rassemblement des paroisses pour former celle de Bon-Pasteur.

 La fondation de la nouvelle paroisse Bon-Pasteur n’est donc pas le fruit d’une décision spontanée, mais plutôt celui d’une longue démarche et d’une réflexion profonde initiées depuis plus de 10 ans dans notre diocèse, tout comme ailleurs au Québec.

 En effet, l’année 2004 marquait un tournant important et décisif dans notre diocèse. La tenue d’un congrès d’orientation pour l’avenir des communautés chrétiennes, auquel participaient des délégués de toutes les paroisses, allait nous engager vers une mission essentielle, celle de la Nouvelle évangélisation. Suite à ce congrès, par un document important paru en février 2005, «Mission nouvelle évangélisation», nouvelle par ses moyens, ses manières de proposer l’Évangile, Mgr Marc Ouellet promulguait l’énoncé de mission, les grandes orientations ainsi que les 25 actions à réaliser dans nos communautés pour actualiser la mission évangélique de l’Église. Les actions concernaient tout autant l’organisation administrative que l’organisation pastorale.
Jusqu’en l’an 2000, les efforts des communautés ont porté majoritairement sur la mise en place des actions pastorales : élaboration du projet pastoral d’évangélisation et sa mise en œuvre, précision du projet catéchétique et transformation des démarches d’initiation et de formation à la vie chrétienne, réorganisation des communautés chrétiennes locales par la mise en place d’un Conseil d’orientation pastorale, d’équipes d’animation locale et précisions des rôles et responsabilités de chaque instance.
En septembre 2011, Mgr Gérald Cyprien Lacroix publiait «Le cadre de référence pour les réaménagements pastoraux dans le Diocèse de Québec, La charité du Christ nous presse». Il relançait ainsi la poursuite des actions énoncées en 2004. Tout en réaffirmant que le leitmotiv de toute la pastorale c’est l’évangélisation, il traduisait le sentiment d’urgence de prendre ensemble les décisions qui s’imposent, compte tenu du contexte actuel. Le statu quo, disait-il, n’est plus possible en raison des nouveaux défis de l’évangélisation, de la diminution des ressources humaines et de la précarité financière des paroisses.
En octobre 2012, les proches collaboratrices et collaborateurs des paroisses étaient appelés à réfléchir et à échanger sur les réaménagements pastoraux, à partir d’un document concernant les communions de communautés : «Ensemble pour la mission». C’était le début de la démarche concrète qui invitait les milieux à se donner un plan de travail qui conduirait à la formation des communions de communautés et aux regroupements. Des rencontres de présentation et de réflexion sur des scénarios d’organisation du territoire furent animées dans les milieux par des équipes régionales du diocèse. Les personnes présentes étaient appelées à exprimer les avantages et désavantages des scénarios proposés et à exprimer leurs insécurités et questionnements. Suite à ces rencontres, Mgr Lacroix a déterminé les regroupements à mettre en place.
Sachant que désormais les paroisses Bienheureux-Jean-XXIII et Ste-Marie-des-Lacs formeraient une communion de communautés, un Comité de coordination des paroisses du nord (C.C.P.N.) a été mis sur pied. Avec l’aide de ce comité, les années 2013 et 2014 ont été axées sur l’élaboration et la mise en action d’un plan de travail et à franchir, avec la collaboration des diverses instances, les étapes requises pour concrétiser la communion de nos communautés et la fusion des assemblées de fabrique pour n’en former qu’une seule, celle du Bon-pasteur.

 Une nouvelle mission.

 Ce changement majeur dans notre vie communautaire chrétienne poursuivait un seul but : mettre en commun ce qui pouvait l’être pour rassembler nos efforts en vue d’une nouvelle évangélisation.
Aussi, les groupes délibérants après les consultations effectuées auprès des paroissiens et des paroissiennes, ont-ils choisi cet énoncé de la nouvelle mission pour notre paroisse.
«Ensemble, animés par l’Esprit, soyons témoins de Jésus-Christ dans notre monde d’aujourd’hui »
Cet énoncé constitue en effet la vision qui donnera toute sa couleur à notre action pastorale dans l’avenir. Viennent avec cette vision, des objectifs et des accents privilégiés que l’on peut consulter à la section sur le projet pastoral de notre site internet.

En pratique.

 Les énergies et les expériences ont donc été réunies dans un nouveau rassemblement de paroisses afin d’assurer une capacité plus grande de ressources humaines et matérielles pour réaliser nos projets d’avenir.
Il s’ensuit donc que les deux paroisses actuelles sont maintenant dissoutes d’un point de vue juridique et qu’une toute nouvelle entité est érigée sur le même territoire, mais avec une mission et des projets novateurs propres et adaptées à notre temps.
Mentionnons ici le dynamisme et les actions novatrices qui avaient déjà été présentes à la fondation de la paroisse de Sainte-Marie-des-Lacs alors que l'équipe pastorale du temps et les différents croyants concernés avaient fait en sorte que le rassemblement des précédentes paroisses ne voulait pas dire disparition des communautés chrétiennes que formait chacune des anciennes paroisses.

Pour assurer la vitalité et la vie de notre paroisse et de ses communautés.

Notre paroisse est riche de son adhésion au Christ et à son message.
Elle est riche de ses croyantes et croyants qui fréquentent les cérémonies et les activités. Elle est riche aussi de ses bénévoles nombreux et fidèles qui assurent la vitalité et la vie régulière des différentes communautés réunies. Elle est pourvue enfin d’un patrimoine précieux qu’il s’agit de protéger, d’entretenir et de développer.