Saint-Pierre-aux-Liens

Historique

''Tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison, l’Église priait Dieu pour lui avec insistance.''

Ac 12 5

Faisant partie maintenant de la paroisse Bon-Pasteur, la communauté de Saint-Pierre-aux-Liens était avant le 1er janvier 2015 la paroisse Bienheureux Jean XXIII, qui elle même était composée des deux anciennes paroisses de St-Pierre-aux-Liens et de Bon-Pasteur.

L'ex-paroisse Saint-Pierre-aux-Liens.

La paroisse Saint-Pierre-aux-Liens a été créée par un décret de Mgr Maurice Roy, archevêque de Québec, en date du 20 août 1952. Ce décret détache un territoire de la paroisse Saint-Charles-Borromée pour former la nouvelle paroisse. La première messe a été célébrée en la chapelle du couvent Saint-Pierre-aux-Liens, le 12 septembre 1952 ; cette dernière chapelle a servi d'église paroissiale jusqu'à la construction de l'église. Il y a eu élection des marguilliers le 14 septembre 1952.
 Le curé fondateur est l'abbé Gérard Jacques (1952-1966). Il est intéressant de noter qu'en 1958, ce dernier fut administré après avoir attrapé le tétanos à la suite d'un accident. Après sa guérison inespérée, il fit construire en reconnaissance une grotte à la Vierge que l'on retrouve actuellement à proximité de l'église Saint-Pierre-aux-Liens.

Le Centre paroissial ou communautaire, lequel comprend l'église Saint-Pierre-aux-Liens actuelle, a été construit en 1955 par Keet Construction. La conception des plans et devis fut confiée à MM. Paul Béland et Henri Tremblay. Dans l'esprit du curé fondateur, l'utilisation d'une partie du centre communautaire comme église paroissiale devait être une mesure temporaire puisqu'il avait réservé à cette fin le terrain devant le presbytère (terrain du stationnement actuel) pour la construction d'une véritable église ; ce projet n'aura jamais de suite. En 1978, des travaux de rénovation importants ont transformé l'intérieur de l'église Saint-Pierre-aux-Liens pour lui donner son apparence actuelle. Le presbytère actuel a été construit en 1963 par Jacques Labrecque Ltée, entrepreneur général.

Le territoire de la paroisse Saint-Pierre-aux-Liens correspond à celui de l'ancienne Ville d'Orsainville érigée en municipalité le 1er janvier 1955 dont le territoire est délimité au sud par le boulevard Jean-Talon et au nord par la rue de la Faune. La Ville d'Orsainville fut fusionnée à la Ville de Charlesbourg en date du 1er janvier 1976 et depuis le 1er janvier 2002, cette dernière fait maintenant partie du territoire de la Ville de Québec en tant qu’arrondissement.

 Le vocable de Saint-Pierre donné à la paroisse découle du nom d'une des deux concessions ouvertes par les Jésuites sur le territoire correspondant, grosso modo, à la paroisse Saint-Pierre-aux-Liens, soit la concession (ou rang) Saint-Pierre ; l'autre concession est le rang Saint-Claude. Avec le temps, le nom de Saint-Pierre fut étendu à tout le territoire couvert par les deux concessions, lequel fut identifié sous le nom de village Saint-Pierre. La partie du chemin du Roy qui traversait entre les deux concessions originales fut elle aussi identifiée sous le même nom soit le chemin ou rang Saint-Pierre.

L'ex-paroisse Bon-Pasteur.

 Le 15 août 1960, par décret de son Excellence Mgr Maurice Roy, archevêque de Québec, la paroisse du Bon-Pasteur est érigée canoniquement. Ce décret détache une partie du territoire de la paroisse Notre-Dame-des-Laurentides, la partie sud de la paroisse, pour former la nouvelle paroisse. Son territoire est délimité au sud par la rue de la Faune et au nord par la rue des Bouleaux. La paroisse est située sur le territoire de la Ville de Notre-Dame-des Laurentides. Cette ville fut fusionnée à la Ville de Charlesbourg en date du 1er janvier 1976 et depuis le 1er janvier 2002, cette dernière fait maintenant partie du territoire de la Ville de Québec.

 Le dimanche 18 septembre 1960, M. l'Abbé Arthur Bernier prend possession vraie, réelle et corporelle de la cure et paroisse du Bon-Pasteur. Le mardi 25 octobre 1960, il y a élection de trois marguilliers.
C'est l'entrepreneur général J. Labrecque Ltée qui a construit l'église Bon-Pasteur au cours de l'année 1965. La conception des plans et devis fut confiée à l'architecte québécois Louis Carrier qui a dit s'être appliqué à l'observance de trois règles principales : l'économie, la simplicité et l'adaptation de la bâtisse aux exigences du renouveau liturgique.
 Le 10 avril 1966, soit le jour de Pâques, la première messe était chantée dans le nouveau temple. La bénédiction des cloches a eu lieu le 22 mai et l'inauguration officielle le 29 mai, jour de la Pentecôte en même temps que l'anniversaire de l'inauguration de l'Église chrétienne dans le monde.
Pendant cinq ans, le Juvénat du Bon-Pasteur, administré par les Sœurs du Bon-Pasteur, a logé gratuitement le curé de la paroisse et la Commission scolaire a fourni aux mêmes conditions une salle pour l'exercice du culte. Il faut noter que le vocable de la paroisse prend sa source dans le ministère exercé à cet endroit par les Sœurs du Bon-Pasteur, depuis l'année 1869.

L'église Bon-Pasteur a été fermée au culte le 7 décembre 2006 et la paroisse fut réunie avec celle de Saint-Pierre-aux-Liens pour former la paroisse Bienheureux-Jean-XXIII.

L'ancienne église a été acquise par la ville de Québec et fut démolie pour agrandir le parc municipal avoisinant. Il est intéressant de mentionner que certains éléments de cette église ont alors été conservés pour le bénéfice de l'église St-Pierre-aux-Liens. D'abord, dès la fermeture de l'église. Notamment, les bancs en bois ont été transférés à l'église St-Pierre-aux-Liens pour remplacer les chaises utilisées jusqu’alors.
De plus, au moment de la démolition de l'église Bon-Pasteur, les trois cloches du clocher de cette église ont été récupérées par l'église St-Pierre-aux-Liens qui n’en possédait pas. Un nouveau clocher tout rénové, situé sur le terre-plein de l'entrée principale de l'église, a été inauguré en juin 2013 pour abriter ces trois cloches et marquer la continuité historique et pastorale.
 
Par André Gauvreau.