Texte de réflexion


Pâques «La plus grande fête chrétienne»

«Jusque-là en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.» (Jean 20, 9)

Chers amis, vous êtes-vous déjà posé cette question: Que serait la fête de Noël sans la grande fête de Pâques?

Faut-il le préciser, notre foi chrétienne repose surtout sur «la mort et la résurrection du Christ.»

«Christ est mort et ressuscité» c’est avec cette conviction au cœur que les apôtres et disciples se sont mis à évangéliser y compris Saint-Paul, bien sûr!

La naissance de Jésus n’aurait jamais eu l’importance qu’on lui a accordée ou accorde encore sans le jour de Pâques! On aurait pu reconnaître Jésus comme un prophète mais non comme celui sur qui la mort n’a pas eu de pouvoir! Et, probablement que le prophète Jésus aurait pu être oublié dans le temps et dans l’histoire et voire même l’avènement de sa naissance!

Parler de la résurrection de Jésus, c’est parler d’un évènement qui est d’un autre ordre que le fait voulant que des personnes décédées soient même par Jésus, ramenées à la vie!

Dans ces cas-là, il s’agit plutôt de réanimation, pour en prolonger l’existence terrestre mais sans nullement empêcher la mort à nouveau.

Pensons à la fille de Jaïre (Marc 5, 41) et Lazare (Jean 11, 43-44).

Comme dit précédemment la résurrection de Jésus est d’un autre ordre, car comme le dit Saint-Paul «Ressuscité d’entre les morts le Christ ne meurt plus, la mort n’a plus de pouvoir sur lui» (Romain 6, 9).

Voilà l’invitation que l’Église nous lance à participer à cette grande fête de Pâques : «La plus grande fête chrétienne»!

Claude Laliberté, diacre
pour l’équipe pastorale